Le génocide de Srebrenica, 23 ans déjà…

Le 11 juillet 1995, la guerre de Yougoslavie bat son plein. Le point culminant de l’horreur est atteint à Srebrenica, une ville de 20 000 habitants majoritairement musulmane, enclavée dans une région orthodoxe, à l’est de la Bosnie-Herzégovine.

Ce jour-là, 8372 hommes et adolescents bosniens sont massacrés par l’armée de la République Serbe de Bosnie, sous les ordres de Ratko Mladić, alors même que la zone était sous contrôle des forces de l’ONU. On parle d’un nettoyage ethnique car l’armée serbe de Bosnie voulait alors exterminer tous les Bosniens musulmans, c’est-à-dire les Bosniaques.

À Srebrenica, sous les yeux des Casques bleus néerlandais réduits au statut d’observateurs, les Serbes rassemblent la population de la ville et mettent de côté les hommes de plus de 15 ans.

Les femmes et les enfants sont évacués en autocars ou à pied vers les zones à majorité musulmane. Les hommes et les adolescents sont quant à eux entraînés vers les forêts environnantes sous prétexte d’évacuation.

Pendant les jours suivants, les Serbes vont les exterminer au bord de fosses communes, au vu et au su de l’OTAN. On recensera plus tard près de 8 000 victimes.

23 ans après, des restes de victimes sont encore découverts.

35 victimes seront inhumées aujourd’hui, lors de la commémoration au mémorial de Potočari après la Mars Mira (marche de la paix), entamée dimanche dernier et qui suit le même chemin forestier que celui utilisé par les Bosniaques lorsqu’ils fuyaient le génocide.

A ce jour, 6504 victimes ont été exhumées de fosses communes, identifiées et enterrées dans le centre mémoriel de Potočari.

Plus de 2 000 personnes sont toujours portées disparues…

Le massacre de Srebrenica a été officiellement  reconnu par le Parlement Européen et l’ONU comme un génocide.

Lien Permanent pour cet article : http://cojep.fr/le-genocide-de-srebrenica-23-ans-deja/