RÉFORME DU CONSEIL DE SECURITE DE L’ONU

Cojep est une ONG membre des Nations-Unies, Ecosoc, Conseil de l’Europe accrédité au Parlement européen, l’OSCE et OECD.
 
 
« LE CHANGEMENT C’EST MAINTENANT, AGIS POUR LE MULTICULTURALISME »

Face à toutes les tragédies et divers conflits mondiaux, les populations se sentent abandonnées parce que, selon elles, l’ONU n’assure pas leurs sécurités. C’est dans ce contexte que nous réalisons cette campagne d’action civile. Nous demandons le soutien des partenaires ONG, des populations civiles, culturelles, artistiques du monde entier, pour une politique des Nations-Unies plus juste et équitable pour tous les citoyens du monde.

Nous avons commencé notre campagne à New-York, à l’ONU le 25 aout 2018 dernier. La campagne de soutien et de signature se poursuivra pendant une période de plus 3 ans avec des séminaires, panel, conférence et exposition dans le monde entier.

Introduction

L’ONU est une organisation internationale fondée en 1945 pour éviter dans le futur que des guerres mondiales se reproduisent, afin d’assurer la PAIX ENTRE LES PEUPLES.

Pourtant, quand une résolution coercitive doit être prise dans la démarche de résoudre un conflit mondial un des membres permanents usent de son droit de véto et l’ONU s’avère ainsi inefficace dans son rôle originel. Maintenir la paix et la sécurité internationale par « une action rapide et efficace », : voilà en substance la mission conférée par l’article 24 de la charte des Nations-Unies à son Conseil de sécurité.

Aujourd’hui, en plein blocage diplomatique sur la Syrie, difficile de qualifier de « rapide » et « efficace » l’organe principal des Nations-Unies (1).

 

En effet, 12e veto russe ont concerné une résolution de l’Onu concernant la Syrie depuis le début de la guerre en 2011 (2).

Dans la seconde moitié du XXème siècle, ce sont les États-Unis qui s’illustrent comme les plus gros utilisateurs du droit de veto, loin devant les Français et les Britanniques. Depuis 1972, pas moins de la moitié des vetos américains à l’ONU (un tiers du total des dépôts) concerne des projets de résolutions incluant les opérations militaires israéliennes ou la colonisation des territoires palestiniens par l’Etat juif. Pour exemple, un projet de résolution qui visait à protéger les Palestiniens dans la bande de Gaza et en Cisjordanie occupée, a été rejeté par Washington, qui a utilisé son droit de veto. Le texte était soutenu par dix pays, dont la France et la Russie (3).

« La structure actuelle de cinq membres permanents qui sont tous des puissances nucléaires, créée après la Seconde Guerre mondiale, ne reflète pas les changements qui sont arrivés lors de la période d’après-guerre. Le rôle des pays qui n’étaient pas significatifs à l’époque de la formation du Conseil de Sécurité, est devenu considérablement plus important », estime M.Volkonsky, le responsable du Centre de l’Asie et du Proche-Orient (4).

C’est pourquoi la France défend une réforme du Conseil de sécurité en soutenant l’accession à un siège permanent de l’Allemagne, du Brésil, de l’Inde, du Japon, d’un pays arabe et une présence plus importante des pays africains.

La France promeut également un encadrement de l’usage du droit de veto par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité en cas d’atrocité de masse (5). Le groupe dit G4, composé de l’Allemagne, du Japon, de l’Inde et du Brésil, au poids économique conséquent sur la scène mondiale, a insisté sur la nécessité de réformer « au plus tôt » le Conseil de sécurité pour que ses pays en deviennent des membres permanents. La plus haute instance de l’ONU « ne reflète pas l’évolution de la réalité mondiale », ont-ils souligné dans un communiqué. Elle « doit refléter le monde actuel afin de pouvoir agir face à des défis complexes ». La réforme est urgente et doit inclure « davantage de pays permanents et temporaires », comme des changements dans « les méthodes de travail » (6).

La Russie quant à elle, plaide pour plus de représentativité de l’Afrique au Conseil de sécurité de l’ONU (7) qui demande deux sièges permanents au sein du Conseil de sécurité.

En 2015, lors d’une réunion avec ses homologues brésilien, indien et japonais, la chancelière allemande a soulevé la question de la nécessité de réorganiser le Conseil de sécurité de l’Onu, rapporte Reuters. « Il nous faut une nouvelle méthode pour résoudre les problèmes (…).

Cela rend nécessaire une réforme du Conseil de sécurité, une réforme qui puisse refléter davantage la réalité du pouvoir dans le monde que ne le fait actuellement la situation en vigueur au Conseil « , a déclaré Mme Merkel (8).

Selon Amnesty, les pays disposant du droit de veto doivent renoncer à y recourir dans les cas de génocide, de crimes de guerre et d’autres atrocités massives (9).

COJEP INTERNATIONAL REVENDIQUE LA SUPPRESSION DU DROIT DE VETO

Le Président du COJEP INTERNATIONAL, Ali GEDIKOGLU revendique dès-lors de bon droit la réformation du conseil de sécurité de l’ONU de façon à correspondre et à respecter le nouvel ordre mondial par le biais d’une REPRESENTATIVITE plus légitime de CHAQUE ETAT et par la SUPPRESSION DU DROIT DE VETO. Ce qui parait être la seule façon de rendre à cette organe sa légitimité et son efficacité à résoudre les conflits mondiaux.

Plus que jamais, aujourd’hui, la société civile doit se saisir de la question de la réforme des Nations-Unies, en faire connaître les enjeux, lancer des campagnes publiques d’information et faire pression pour que les gouvernants trouvent des solutions. L’âge des privilèges est révolu.

On ne peut plus admettre aujourd’hui que les intérêts d’un seul, aussi puissant, aussi riche soit-il, prévalent sur l’intérêt de tous. La société internationale doit, elle aussi, rentrer dans l’âge démocratique, selon Olivier de Frouville, juriste, est membre de l’Institut Universitaire de France.

Les objectifs

  • Une structure formée par des organisations non gouvernementales doit avoir une chaire au Conseil de sécurité pour défendre les intérêts civils.
  • La réformation du conseil de sécurité de l’ONU de façon à correspondre et à respecter le nouvel ordre mondial par le biais d’une REPRESENTATIVITE plus légitime de CHAQUE ETAT.
  • Sur ces deux sujets, une campagne de trois ans est prévue pour informer le monde du vote public et influencer le processus décisionnel international.

 

La période de la campagne

Notre campagne va dérouler sur une période de plus de 3 ans afin de discuter de notre campagne avec les ambassadeurs et des organisations internationales ONG. Nous présenterons notre projet pour participer aux assemblées générales annuelles et aux activités similaires des organisations internationales associées, elle sera présentée et soutenue par une nomination des conseils nationaux, des leaders parlementaires et des chefs de parti des pays.

  1. Étape élaboration de l’année Africaine du 25 Aout 2018 au 31 décembre 2018
  2. Étape l’année Afrique du 1er Janvier 2019 – 31 Décembre 2019
  3. Étape l’année Asie du 1er Janvier 2020 – 31 Décembre 2020
  4. Étape l’année États-Unis / Europe du 1er Janvier 2021 – 31 Décembre 2021

 

Notre logo

À la suite de ces initiatives diplomatiques, Cojep a lancé une campagne par le biais des médias sociaux sous la direction d’Ali Gedikoglu qui invite tous individus à se prendre en photo en montrant le chiffre 6 avec les doigts. Les 5 doigts de la droite représentant ainsi les cinq membres permanents du conseil de sécurité, et à gauche le pouce levé pour représenter communément toutes les nations opprimées ou la majorité silencieuse (voir photo).

 

AGIS EN FAVEUR DU MULTICULTURALISME

MOBILISE-TOI ET SIGNE !

Livre COJEP pour la campagne de soutien : « LE CHANGEMENT C’EST MAINTENANT, AGIS POUR LE MULTICULTURALISME »

(1) https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/09/09/au-conseil-de-securite-de-l-onu-une-longue-histoire-deblocages_3473497_3222.html

(5) https://onu.delegfrance.org/IMG/pdf/2015_08_07_veto_political_declaration_-_fr.pdf

(6) https://www.rtbf.be/info/monde/detail_conseil-de-securite-de-l-onu-plusieurs-pays-plaident-pour-unereforme-du-droit-de-veto?id=9716825

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/09/22/97001-20170922FILWWW00383-onu-des-pays-reclament-unereforme-du-conseil-de-securite.php

(7) http://fr.africanews.com/2018/03/10/la-russie-plaide-pour-plus-de-representativite-de-l-afrique-au-conseil-de/

(8) https://fr.sputniknews.com/international/201509271018425864-merkel-onu-reforme/

(9) https://fr.sputniknews.com/international/201502251014881481/

Lien Permanent pour cet article : http://cojep.fr/pour-une-reforme-du-conseil-de-securite-de-lonu/